Encore l’islam et l’occident…

C’est à propos de Christopher CALDWELL, Reflections on the Revolution in Europe: Immigration, Islam, and the West, Random House, 2009.

Les "réflexions" de Caldwell partent de l’idée bien américaine que l’afflux rapide de musulmans en Europe amène une remise en cause, voire une menace, de la culture européenne. On peut craindre alors que ce soit encore un livre qui nous explique encore à quel point l’Europe est en train de perdre son âme (chrétienne, notamment), à cause de tous ces nouveaux arrivants. En fait, l’analyse est plus fine: bien renseigné, Caldwell expose bien que l’Europe n’a rien d’un "melting pot". Les nouveaux immigrants arrivent en Europe, certes, mais l’époque est à la globalisation. Il se crée donc des groupes qui vivent en Europe mais regardent les chaînes de télévision de leur pays d’origine, "un oeil ici, un oeil là-bas…" (cela va dans le sens de ce que dit Oliver Roy, sur Sezame, sur le repositionnement du religieux, et la séparation du religieux et de la culture). C’est à partir de ce constat que l’auteur présente les problèmes relatifs à l’immigration et à son évolution récente. Il n’alimente donc pas la polémique anti-immigration, et n’apporte pas non plus d’eau au moulin du clash des civilisations. C’est plutôt le portrait de groupes sociaux ambivalents, partagés entre rejet et envie que Caldwell met en scène (pour en savoir plus sur cet ouvrage, on peut lire la critique de Fouad Ajami dans le New York Times du 29 juillet 2009, "Strangers in the land").