Laïcité, catholicisme, religions en France

Plusieurs études publiées récemment en France prennent en compte les questions de religion:
– BVA, la laïcité (avril 20013)
– CSA, le catholicisme en France et le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels (avril 2013)
– IFOP, François Hollande et les catholiques (avril 2013) et un de février 2013 que je n’avais pas encore signalé, la connaissance des protestants

Les catholiques français et Jean-Paul II

L’IFOP met en ligne les résultats d’une enquête sur les catholiques français et Jean-Paul II.

Le bilan est globalement positif, 45% des interviewés estimant que le pape a plutôt bien défendu les valeurs du catholicisme,  cette valeur étant en hausse par rapport à août 2008 qui n’affichait que 34% de satisfaits, et surtout par rapport à mars 2009 (époque de la polémique suscitée par les déclarations sur le Sida faites par le pape lors d’un de ses déplacements en Afrique) où ils n’étaient que 22%.

Les catholiques et les droits des couples homosexuels

L’IFOP met en ligne les résultats d’une enquête pour La Lettre de l’Opinion sur les catholiques et les droits des couples homosexuels.

On constate notamment, comme dans plusieurs sondages récents, que la divergence d’opinion se fait plus entre catholiques pratiquants et catholiques non pratiquants qu’entre catholiques et non catholiques, les opinions des catholiques non pratiquants étant très proches de celles de la moyenne des Français.

Les catholiques et le président

L’IFOP met en ligne les résultats d’une enquête réalisée à la demande de la Fondation de service politique sur ce que les catholiques attendent de la présidentielle.

Selon cette étude, 15% des Français se déclarent « catholique pratiquant », et leur profil reste classique: davantage de femmes que d’hommes (63% contre 37%), deux sur cinq ont plus de 65 ans (42%) contre moins d’un quart pour la population française (22%).

Sans surprise, les catholiques pratiquants restent ancrés à droite (58%). Au premier tour des présidentielles en 2007, 41% d’entre eux ont voté Nicolas Sarkozy (contre 31% au niveau national).

Les catholiques pratiquants se révèlent un peu moins sensibles à la question du pouvoir d’achat (ensemble 66%, catholiques pratiquants 58%), mais plus sensibles à la thématique de la sécurité (58% des cp. pour 53% ens.).

Sur les questions plus liées à l’identité religieuse, on constate des écarts plus significatifs: liberté de choisir son école, 46% cp. contre 23%, et surtout 44% dit accorder de l’importance à l’action de la France en Europe contre 27% de l’ensemble de la population; 37% sur l’euthanasie en fin de vie contre 23%; et 43% contre 31% pour la politique familiale. Une majorité des catholiques pratiquants (55%) a le sentiment d’être représentée par un candidat.

Les « grands marqueurs identitaires » restent l’école, l’Europe et la famille.

Jeunes catholiques des JMJ

L’hebdomadaire La Vie publie les résultats d’une enquête: qui sont les jeunes qui vont aux JMJ? Il en ressort le portrait de jeunes se disant catholiques à 72%, engagés dans la vie de leur Eglise (90% ont déjà participé à un autre rassemblement comme le Frat, 72% participent à des activités dans un groupe chrétien), pratiquants (88 % vont à la messe au moins une fois par mois, 58% au moins une fois par semaine et 6% tous les jours), proches des positions sociales et morales de l’Eglise (3 sur 4 se sentent « proches » des positions de l’Église en matière de pauvreté, d’immigration, de développement ou de mondialisation – mais seulement 58% en matière de sexualité). Ils sont plutôt issus des milieux bourgeois et plutôt de droite (41% disent une préférence pour la droite), mais moins d’un sur dix considère que le catholicisme est « la seule vraie religion ». Autre information, le jeune catholique est un étudiant (55%), ou plutôt une étudiante (56% de filles), et plutôt une "héritière": 96% ont reçu une éducation catholique. Les résultats de l’étude sont disponibles en pdf.