Les Français et les nouveaux enjeux de la famille

L’IFOP met en en ligne les résultats d’une enquête sur les Français et les nouveaux enjeux de la famille réalisée pour Femme actuelle et Enfant magazine.

Cela fournit une sorte de portrait des valeurs familiales. On constate facilement que la variable de l’appartenance religieuse a une influence notable sur le résultat pour plusieurs des aspects étudiés.
Ainsi, ‘deux adultes du même sexe avec des enfants issus d’une précédente union’, cela constitue une famille de l’avis de 50% des sondés. Si l’on regarde du côté de l’appartenance religieuse, ils sont 24% des catholiques pratiquant réguliers, 36% des pratiquants occasionnels, 46% des non pratiquants et 63% des sans religion à considérer ce groupe comme une famille. La variation est comparable si l’on évoque ‘deux adultes du même sexe avec des enfants adoptés': 18% des catholiques pratiquant réguliers, 36% des pratiquants occasionnels, 45% des non pratiquants et 60% des sans religion.
Les sondés dans leur ensemble sont 51% (ils étaient 46% en 2006) à considérer que les couples homosexuels devraient avoir les mêmes droits à l’adoption que les couples hétérosexuels mariés. Là encore, on trouve 22% des pratiquants, 35% des pratiquants occasionnels, 48% des non pratiquants et 64% des sans religion.
90% des sondés pensent que le travail des femmes contribue à l’indépendance de la femme et à l’équilibre des couples. 67% cependant pense que le travail des femmes favorise l’éclatement de la famille. Cette opinion est exprimée par la majorité des catholiques, qu’ils soient pratiquants réguliers (56%) ou occasionnels (42%), ainsi que par 47% des musulmans.
C’est chez les catholiques pratiquants que l’on associe le plus la famille au bonheur, et chez les athées qu’on l’associe le plus au partage (47% contre 26% des catholiques pratiquants réguliers). Enfin, les athées associent plus la famille à des notions négatives (conflits, contraintes) que les croyants.

La Grande-Bretagne religieuse

Les résultats de la dernière étude British Social Attitudes, qui comporte un chapitre sur la religion, et d’une étude sur la famille selon les Britanniques abordant la question  de l’affiliation religieuse et menée par Centre for the Modern Family, think-tank du groupe Scottish Widows, sont commentés sur BRIN.

Changements familiaux, changements religieux

Un colloque Changements familiaux, changements religieux, organisé par l’EHESS, aura lieu les 4 et 5 juin 2009 à Paris. Les transformations contemporaines de la famille interrogent aujourd’hui les institutions religieuses. Ces évolutions, témoins et / ou résultat d’autres évolutions sociales, interrogent les chercheurs en sciences sociales et humaines travaillant les questions du religieux et des reconfigurations conjugales, familiales, de genre et de sexualité. Le colloque vise à analyser comment individus et institutions religieuses agissent et interagissent face à ces changements.
Après l’ouverture (Danièle Hervieu-Léger et Séverine Mathieu), les thèmes "Famille et couple aujourd’hui" (interventions d’Anne Cadoret, Salvatore d’Onofrio, Sophie Nizard, Aymon Kreil) et "Fondements, pouvoirs et contestation" (interventions de Laurent Barry, Philippe Portier, Céline Béraud, Stephen Hunt) et "Ethique, questions de droit" (interventions d’Irène Théry, Denis Pelletier, Ruwen Ogien) seront abordés le jeudi 4 juin. Le vendredi 5 juin sera consacré à "Désir d’enfant" (Ruth Landau, Genevieve Delaisi, Martine Gross, Nicoletta Diasio); "Négociations au sein du couple et de la famille" (Joelle Allouche, Amélie Puzenat, Elisabeth Arweck, Gwendoline Malogne Fer, Andrew Yip). Pour plus d’informations, voir le programme complet.

Religions et reconfigurations conjugales et familiales

Les transformations contemporaines de la famille (couples mixtes, familles recomposées, adoptives, monoparentales, homoparentales, etc.) interrogent les normes, les représentations, les pratiques religieuses ainsi que le fonctionnement des institutions. Les journées d’étude intitulées "Institutions et identités religieuses à l’épreuve des reconfigurations conjugales et familiales" réuniront des chercheurs en sciences sociales et humaines travaillant au croisement du religieux et de ces reconfigurations conjugales, familiales, de genre et de sexualité. Ces journées auront lieu les 4-5 juin 2009 à Paris et sont organisées par Béatrice De Gasquet, Martine Gross, Séverine Mathieu, Sophie Nizard (du Centre d’Etudes Interdisciplinaire du Fait Religieux et du Groupe Sociétés, Religions, Laïcité).

Lire la suite