Prix de thèse en sociologie des religions

L’AFSR (Association Française de Sciences sociales des Religions) propose un « prix de thèse », offrant la publication à L’Harmattan, dans la collection “Religions en questions” d’une thèse soutenue en 2011 ou 2012, en sciences sociales des religions (sociologie, ethnologie, anthropologie, sciences politiques, histoire, philosophie politique).

Le document retenu devra être remis dans un délai d’un an après son acceptation, mis en forme et aux normes par l’auteur, et ne pas dépasser 550 000 signes, blancs, notes, biblio, annexes comprises.
Merci d’envoyer au secrétaire général de l’AFSR (afsr@afsr.cnrs.fr) et à <anne-sophie.lamine@misha.fr> avant le 24 juin 2012 :
- une table des matières détaillée du projet d’ouvrage (préciser le nombre de pages (et signes) prévu par chapitre et le nombre total, ainsi que le nombre de pages de la thèse et expliquez en quelques lignes comment vous comptez, le cas échéant, réduire le volume initial de votre thèse pour en tirer un livre)
- une présentation de l’ouvrage (résumé) de 2 à 3 pages
- un CV
- le rapport de soutenance
- un exemplaire de la thèse (papier, CD ou électronique pdf)  (si envoi postal : à A.S. Lamine (directrice de collection), 83 avenue Simon Bolivar, 75019 Paris).

40 ans

Non, ce n’est pas mon âge! C’est le temps passé depuis les années 1960; entre autres événements, ce sont les années de la première vague d’immigration turque en Alsace. Vous ne le saviez pas? Renseignez-vous à partir d’un bon ouvrage qui vient de sortir: Samim Akgönül, Muharrem Koç, Murielle Maessoli, Stéphane de Tapia publient 40 ans de présence turque en Alsace, Néothèque, 2009.

Cet ouvrage restitue les interventions et les discussions d’un colloque co-organisé notamment par l’Association de Solidarité avec les Travailleurs Turcs et l’Observatoire Régional de l’Intégration et de la Ville, en 2004. L’objectif est de dresser un bilan de l’immigration en provenance de Turquie, pour sortir des clichés et aller à la rencontre d’une réalité contrastée. A l’heure des interrogations sur l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, il est intéressant d’en savoir plus sur les identités et les appartenances communautaires.

Le livre coûte 19 euros, mais, originalité, on peut acheter la version numérique en ligne pour 8 euros.

Comprendre les faits religieux

fait_rel1Patrice Decormeille, Isabelle Saint-Martin et Céline Béraud viennent de publier Comprendre les faits religieux. Approches historiques et perspectives contemporaines (Documents, actes et rapports pour l’éducation). SCEREN, 2009 (208 p., 21 €).

L’ouvrage, assez général, cherche à permettre de "mieux comprendre le monde contemporain et le rôle joué par le religieux." Il se compose de quatre parties : une présentation des sources, notamment des trois grands monothéismes (judaïsme, christianisme et islam ); un exposé des manifestations les plus contemporaines des faits religieux, dans le contexte actuel de sécularisation ; une approche plus philosophique qui traite du religieux en tant que fait de conscience ; enfin un parcours de l’enseignement de la culture religieuse à l’école laïque.

Clash des civilisations

La fondation Cordoba travaille à démontrer que le "clash des civilisations" entre islam et occident n’est ni nécessaire ni inévitable.

La fondation publie Arches (bi-mensuel) et Arches quarterly (trimestriel), dont le dernier numéro, consacré à la religion et à la sécularisation (Religion and Secularism), vient de paraître.

Femmes et religion en Occident

women_religionKirstin Aune (Université de Derby, UK), Sonya Sharma (Université de British Columbia, CA), et Giselle Vincett (Université d’Edinburgh, UK) , viennent de publier Women and religion in the West : challenging secularization. Aldershot: Ashgate, 2008 (Theology and religion in interdisciplinary perspective), 242 p.

L’ouvrage traite de l’évolution religieuse des femmes aujourd’hui, en Occident , dans un contexte de sécularisation : appartenance religieuse, abandon de la religion, spiritualité, religiosité.

Concours Taylor et Francis

Le groupe d’études de sociologie des religions (SRSG) de la British Sociological Association ouvre les inscriptions au concours de publication 2009 Taylor & Francis (Sociology of Religion Postgraduate Essay competition). Le concours est ouvert à toutes les publications traitant des religions actuelles dans une perspective contemporaine. Le prix est de £100 et le texte retenu a de grandes chances d’être publié dans le Journal of Contemporary Religion.
Attention, la date limite de remise des textes est le 27 février 2009. A vos plumes!

Pluralisme religieux

vincentDans l’intéressant collectif dirigé par Gilbert VINCENT, La partition des cultures. Droits culturels et droits de l’Homme (Strasbourg : Presses Universitaires, 2008), deux contributions peuvent particulièrement concerner ceux qui travaillent dans le champ du religieux. L’ouvrage comporte trois parties : la première traite de "langues, langage et culture" ; la deuxième de "culture, enseignement et critique", la dernière de "droit à la culture et culture politique".

Dans la deuxième partie, deux articles traitent du pluralisme religieux : Bernard Reber ("De la pluralité au pluralisme : éthique, religions et politique dans l’espace public", p. 227-250) et Karsten Lehmkühler ("Pluralisme religieux et monde commun", p. 251-269).

Sectes: pouvoir ou fragilité?

Ah, les sectes, leurs gourous, le lavage de cerveau, les empires financiers occultes…

luca1Parfois, oui, mais pas seulement, et de loin pas. C’est ce que montre Nathalie Luca (anthropologue, Centre d’Études interdisciplinaires des Faits religieux / CNRS/EHESS), qui travaille depuis longtemps sur les sectes et nouveaux mouvements religieux. Elle a publié il y a quelques mois Individus et pouvoirs face aux sectes. Paris: Armand Colin (Sociétales) , 2008 (279 p.)

Elle y recense et étudie la façon dont les pouvoirs politiques prennent en compte ces groupes religieux, en France et en Europe mais aussi en Amérique du Nord et en Asie. Ces attitudes sont révélatrices de la façon dont nos sociétés modernes réalisent à la mondialisation, et des crises identitaires qu’elles traversent.